Menu des pages de navigation

Maison en travaux : faire des travaux de rénovation dans votre maison

Le taux d’humidité idéal : comprendre l’hygrométrie d’une maison saine

Le taux d’humidité idéal : comprendre l’hygrométrie d’une maison saine

Pour votre confort et votre bien-être, la qualité de l’air est absolument essentielle au sein de votre logement. De ce fait, une vigilance s’impose concernant le taux d’humidité. Une hygrométrie trop basse implique un air trop sec. À l’inverse, une humidité trop élevée augmente la présence de la condensation. Avec à la clé, dans les deux cas, des risques à ne pas sous-estimer. Vous trouverez donc un point dans cet article sur comment mesurer l’hygrométrie, mais aussi sur le taux d’humidité idéal pour une maison. Puis, des solutions à mettre en place selon la problématique pour respirer un air sain.

 

Le taux d’humidité idéal, c’est quoi ?

 

À vrai dire, un taux d’humidité acceptable dépend de différents critères. Mais, on estime qu’une hygrométrie idéale dans une habitation doit se situer entre 40 et 70 %. D’ailleurs, lorsque l’on parle d’hygrométrie d’un logement, cela correspond au degré d’humidité de l’air ou la mesure du taux d’humidité.

Pour avoir un taux d’humidité idéal, il est important que l’hygrométrie ne soit ni trop élevée ni trop basse. En dessous de 40 %, l’air est alors trop sec. Il n’est donc pas rare que l’air ambiant entraîne des sensations d’irritation au niveau des yeux ou de la gorge.

Mais avec un taux d’humidité supérieur à 70 %, des difficultés respiratoires peuvent apparaître. Des allergies, des essoufflements ou encore de l’asthme. De plus, de la moisissure risque également de se développer sur les parois du logement.

 

Comment connaître le taux d’humidité idéal pour son logement ?

 

Pour calculer le degré d’hygrométrie dans une habitation, il est nécessaire d’utiliser un appareil spécifique. En effet, un hygromètre est un équipement de petite taille s’apparentant à un thermomètre. Ce système électronique ou mécanique vous permet d’obtenir le taux d’humidité avec une très grande précision de votre maison. D’ailleurs, certains thermostats programmables ou thermomètres d’ambiance incluent également cette fonction d’hygrométrie.

Mais pour que la mesure de l’hygrométrie soit fiable, certaines précautions sont à prendre. Par exemple, ne pas positionner l’hygromètre à proximité d’une source de chaleur ou d’un système de chauffage. Mieux vaut donc ne pas l’installer dans les environs de votre chauffage central ou d’un poêle à bois. Par ailleurs, pour que la mesure soit stable, il est impératif de disposer l’appareil au même endroit pendant plusieurs heures.

En cas de doute, n’oubliez pas de faire appel à un professionnel afin d’obtenir un diagnostic d’humidité plus poussé. L’expert effectuera des mesures précises et s’assurera de la teneur en eau de vos murs.

 

Les risques de l’humidité dans un logement

 

Une humidité excessive dans un logement implique certains risques. Par exemple, des conséquences esthétiques ou encore un risque pour la santé.

 

Humidité excessive : les conséquences esthétiques

 

taux humidite maison

Les solutions pour réduire le taux d’humidité d’un logement sont nombreuses. Pour bien choisir, mieux vaut réaliser un diagnostic sérieux au préalable pour connaître les causes et s’orienter vers les bons travaux.

 

Une humidité nettement excessive implique certains désordres esthétiques. Les conséquences seront directement visibles sur les murs, les plafonds ou encore à proximité des fenêtres. Des moisissures, du salpêtre font alors leur apparition. À l’origine de ce dérèglement du taux d’humidité, on retrouve deux responsables : la condensation et les remontées capillaires.

 

La condensation

Le phénomène de condensation est sans doute la problématique la plus répandue dans un logement. Il correspond au passage de l’eau de l’état gazeux à l’état liquide.

Or, dans une habitation, les sources de ce phénomène sont très nombreuses. Elles peuvent provenir aussi bien d’une douche, d’un baignoire, de la cuisson des aliments ou du séchage du linge. Face à ses nombreuses activités, la vapeur d’eau s’accumule dans un air saturé. Lorsque des parois froides sont présentes, la vapeur d’eau se transforme alors en liquide. La salle de bain, la cuisine et la buanderie figurent donc parmi les pièces les plus exposées.

C’est pour cette raison que vous observez de la buée au niveau de vos menuiseries. Mais c’est également la même raison qui explique la présence des moisissures ou d’une humidité excessive.

Autre répercussion, l’impression que votre linge ne sèche jamais et que l’humidité pénètre dans vos vêtements.

 

Les remontées d’eau par capillarité

Cette fois, l’humidité ne provient pas de l’intérieur du logement, mais du terrain sur lequel la maison a été bâtie. L’eau présente en excès sous la dalle parvient alors à remonter au niveau des murs. En cause, un défaut de construction au niveau l’étanchéité, un drainage insuffisant…

Résultat, une certaine porosité s’installe sur les murs et vous constatez un effritement de la peinture. Un décollement de la tapisserie est également possible, tout comme l’apparition de taches blanches.

 

Humidité excessive : les risques pour la santé

Il convient cependant de prendre conscience qu’un taux d’humidité trop élevé implique également différents effets indésirables sur la santé des occupants du logement. Parmi ceux-ci, on trouve :

  • La prolifération des acariens et des micro-organismes. Par exemple, l’apparition de moisissures représente un facteur nuisible pour les personnes plus fragiles. À cause de la présence de ces micro-organismes, certaines allergies et des problèmes respiratoires peuvent survenir.
  • La sensation de froid devient plus forte. Résultat, vous aurez tendance à chauffer davantage votre habitation. Cette ambiance contribue à la multiplication des micro-organismes, mais également à l’assèchement des voies respiratoires.

 

Combattre l’humidité dans une maison : les solutions

 

taux humidite maison

Aération naturelle, Ventilation Mécanique Contrôlée, déshumidificateur, isolation, réfection d’étanchéité… De nombreuses options existent pour trouver une solution à ses problèmes d’humidité à des prix très variables.

 

Lorsque vous avez un taux d’humidité trop conséquent dans votre maison, vous devez prendre des mesures radicales. Votre action permettra de maîtriser le taux d’hygrométrie afin de maintenir le meilleur confort possible.

 

Solution 1 pour un taux d’humidité idéal dans sa maison : mieux ventiler

La ventilation est un excellent moyen de lutter contre la présence de l’humidité. Mettre en place une ventilation mécanique contrôlée (VMC) performante et créer des ouvertures figurent ainsi sans doute parmi les options à étudier sérieusement. En parallèle, n’oubliez pas d’aérer régulièrement votre logement.

 

Solution 2 pour un taux d’humidité idéal dans sa maison : mieux isoler

Que vous deviez lutter contre une remontée d’humidité par capillarité ou contre une autre source d’humidité, obtenir une hygrométrie saine pour votre maison nécessite souvent d’envisager des travaux d’isolation.

Différentes solutions existent pour diminuer le phénomène de condensation. Sachez qu’il n’y a rien de mieux que de joindre un professionnel pour améliorer l’isolation de la maison. Son intervention assure la réduction de la présence des parois froides. Il est alors possible d’envisager le remplacement d’anciennes fenêtres par un vitrage plus performant.

L’isolation thermique est également une autre façon de combattre un taux d’humidité anormal, ainsi que ses manifestations, comme le salpêtre.

 

Solution 3 pour un taux d’humidité idéal dans sa maison : déshumidifier

Pour commencer à procéder à la résolution d’un problème d’humidité, un diagnostic s’avère aussi recommandé. En effet, celui-ci déterminera l’origine du problème.

S’il s’agit d’une remontée capillaire, différentes options sont alors possibles pour assécher vos murs.

  • Par exemple, la mise en place d’une membrane d’étanchéité sur le mur ou le sol concerné.
  • Il est également possible de s’orienter vers la mise en place d’un cuvelage.
  • Afin de supprimer une source d’humidité, le drainage du sol est une autre option à prendre en considération.

D’autres traitements peuvent également être appliqués à cause d’un taux d’humidité trop important dans l’air ambiant.

  • Il faut ainsi vous assurer que les bouches d’aération soient fonctionnelles.
  • Concernant la VMC, celle-ci doit également être adaptée par rapport à votre logement. Il en existe plusieurs modèles plus ou moins efficaces selon la surface à traiter. Vous devrez ainsi sélectionner un modèle à simple flux ou à double flux selon les paramètres de votre intérieur.
  • Autre option : vous tournez vers un déshumidificateur d’air pour obtenir un taux humidité idéal.

À noter : pour déterminer l’origine de l’humidité excessive, n’hésitez pas à contacter un professionnel RGE. Selon son diagnostic, une action spécifique sera appliquée pour traiter l’humidité. Le tarif d’un professionnel n’étant pas encadré, n’hésitez pas à solliciter plusieurs devis pour lutter contre l’humidité de votre maison au meilleur prix.

Air intérieur trop sec : quels risques ?

 

En dessous de 40 % d’hygrométrie, l’air n’est pas non plus sain pour votre maison. Le dessèchement de l’air est également une préoccupation à prendre en considération.

En cas d’hygrométrie trop basse, vous asséchez les muqueuses au niveau des voies respiratoires. Cela favorise les infections ORL chez les personnes fragiles et chez les jeunes enfants.
Pour une personne asthmatique, le risque d’une crise d’asthme augmente avec un air trop sec.

C’est également un inconfort permanent avec des yeux qui piquent, une sudation plus prononcée et une fatigue toujours présente.

 

Les solutions pour un air intérieur trop sec

 

Comme pour un air trop humide, des solutions existent pour une hygrométrie trop basse.

Généralement, le chauffage est responsable de ce phénomène. Privilégiez une zone de confort aux alentours de 20 °C pour éviter le dessèchement de la maison. De plus, certains chauffages entraînent un dessèchement plus important. C’est le cas pour le chauffage électrique et le chauffage à bois.

L’installation d’un humidificateur d’air constitue une solution à privilégier. Néanmoins, soyez vigilant quant à son utilisation :

  • Privilégiez une eau déminéralisée pour éviter la prolifération de certaines bactéries.
  • Désinfectez et changez les filtres régulièrement de votre appareil.

Enfin, pour que l’humidificateur fonctionne de manière efficiente, il est important de coupler son utilisation avec celle d’un hygromètre pour éviter un actionnement inutile de cet appareil.

poser question travaux aux artisans

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.