Menu des pages de navigation

Maison en travaux : faire des travaux de rénovation dans votre maison

Prix d’un ragréage au m2

Prix d’un ragréage au m2

Votre sol présente des défauts ou un manque de planéité que vous souhaitez corriger ? Vous allez opérer un changement de revêtement dans votre habitation ? Le sol de votre sous-sol est fissuré ? Une seule solution pour vous : le ragréage ! Dans cet article, retrouvez un point sur les différentes techniques de ragréage et le type de projets concernés. Sans oublier le prix d’un ragréage au m2, avec ou sans pose, et un mode d’emploi pour un ragréage de sol réussi.

 

Qu’est-ce qu’un ragréage ?

 

Réalisable en intérieur et extérieur, le ragréage d’un sol permet de rendre cette surface lisse.

Pour ce faire, on coule un enduit de lissage, qui va venir combler les imperfections et remettre le sol de niveau.

Pour cela, il y a deux façons de procéder :

  • le ragréage à l’enduit, avec utilisation d’un enduit autolissant ou autonivelant. Cette technique est utilisée pour les sols durs (sol béton, carrelage…).
  • le ragréage fibré, avec utilisation de fibres synthétiques, est quant à lui très recommandé pour les sols déformables (type plancher et revêtement en bois).

 

Pour quels projets faire un ragréage ?

 

prix ragreage m2

Requis dans de nombreuses occasions, le ragréage de sol s’avère aussi souvent nécessaire lors de la pose d’un plancher chauffant.

 

Le ragréage s’effectue essentiellement avant la pose d’un revêtement de sol pour rendre le support plat et lisse. Cette opération permet ainsi de couvrir tout type d’imperfections, comme les fentes, les ouvertures, les écarts de niveaux.

Par ailleurs, un ragréage peut se faire sur la pièce entière ou sur une surface de quelques mètres carrés, selon les besoins. L’épaisseur d’enduit à répartir est environ de 5 mm, ce qui suffit à remplir les creux et à rétablir le niveau d’un sol.

Un ragréage s’avère particulièrement utile pour certains projets de travaux. C’est le cas notamment :

  • des changements de revêtement : cette intervention peut, en effet, présenter l’intérêt de rattraper le sol avant de poser un revêtement, pour une pièce entière ou sur une surface de quelques mètres carrés pour corriger les défauts (pose de carrelage, de moquette…). En effet, un ragréage peut concerner une dalle, mais on peut aussi procéder au ragréage d’un sol carrelé, parqueté ou recouvert d’un autre revêtement.
  • du rattrapage d’un problème de niveau afin de pouvoir meubler correctement un espace, d’éviter des décrochages potentiellement dangereux.
  • d’un rattrapage de terrasse sans pente ou à pente inversée : le ragréage se révèle alors indispensable pour rétablir la bonne inclinaison et faciliter l’évacuation des eaux de pluie.

Le ragréage est facile à mettre en œuvre, toutefois, il nécessite un minimum de compétences et de connaissances.

Il existe deux techniques de ragréage pour les sols d’intérieur :

  • le ragréage auto lissant : ce procédé s’avère idéal pour les sols qui présentent de petites irrégularités comme une vieille chape de béton, un ancien carrelage ou un parquet abîmé. Notamment, quand ceux-ci sont destinés à être recouverts. Cette intervention se fait de manière classique avec du béton en utilisant un primaire d’accrochage ou d’adhérence.
  • le ragréage fibré : employée pour les sols présentant des irrégularités plus importantes ou déformables comme un parquet flottant, cette technique permet de rattraper les irrégularités importantes et les différences de niveau allant jusqu’à 3 cm.

 

Les différents types de ragréage

 

Il existe trois types de produits permettant de réaliser un ragréage. Chacun présente ses propriétés qui le rend adapté à des problématiques spécifiques.

 

Ragréage autolissant

C’est un produit particulièrement fluide. Une fois coulé, il présente l’avantage de se lisser seul. Le mortier auto lissant ou liquide est le produit le plus fréquemment utilisé. Il convient, en effet, à tout type de sol (chape, carrelage, parquet) peu abîmé.

Sa pose est très facile. Il s’étale à la truelle ou à la règle, et offre un rendu parfait. Il couvre les faibles irrégularités et les dénivelés n’excédant pas 2 cm.

 

Ragréage de nivellement

Très similaire au ragréage autolissant, il est plus adapté aux sols plus irréguliers, présentant des dénivelés de plus de 2 cm. En effet, il contient des adjuvants qui lui permettent de se niveler automatiquement. Ce ragréage auto nivelant s’avère néanmoins plus délicat à mettre en œuvre, car il nécessite de réaliser un coffrage pour lui donner sa forme. De plus, il requiert un lissage pour une belle finition.

 

Ragréage fibré

Le mortier fibré est également auto nivelant. L’ajout de fibres permet son adaptation aux sols souples. Il comble, par ailleurs, les grosses imperfections grâce à ses bonnes capacités de remplissage. Il est donc employé en cas d’irrégularités plus prononcées, en application sur sols souples et déformables, et pour les dénivelés compris entre 2 et 4 cm. Sa mise en œuvre implique, comme le ragréage de nivellement, le recours à un coffrage et une étape de lissage.

 

Prix moyen d’un ragréage au m2

 

Plutôt facile à réaliser par un artisan, le prix de revient d’un ragréage peut cependant être impacté par différents éléments comme :

  • la nature du sol à rénover,
  • le type de ragréage à effectuer (classique, auto nivelant ou fibré),
  • le niveau de préparation du sol
  • le coût du professionnel.

Un enduit de ragréage de type fibré est en général plus cher qu’un ragréage classique. L’écart de prix vient du fait que la technique utilisée pour ce type d’application est plus complexe et demande un temps de pose plus important.

Si le calcul du prix d’un ragréage prend en compte plusieurs critères comme le prix des fournitures nécessaires à sa réalisation, le coût de la main-d’œuvre ou encore la surface couverte par les travaux, c’est la taille du chantier qui influence le plus le prix au m2. À prestation égale, le prix au m2 d’un ragréage de 10 m2 sera ainsi 50 à 100 % plus élevé que celle d’un chantier de 100 m2.

Selon le type de ragréage, il faudra donc compter en moyenne entre 15 et 40 euros le m² (pose comprise), selon la nature du ragréage et la surface couverte par les travaux. Ce prix intègre l’ensemble des fournitures et la main-d’œuvre.

Pour les fournitures seules, la fourchette oscille de 2 à 15 euros.

 

Prix d’un ragréage au m2 selon son type

 

Prix ragréage au m2
Travaux de ragréage Prix moyen (fournitures seules) Prix moyen (tout compris)
Ragréage classique auto lissant 2 à 4 euros le m² 15 à 25 euros le m² (pose comprise)
Ragréage de nivellement 6 à 8 euros le m² 15 à 30 euros le m² (pose comprise)
Ragréage fibré 8 à 14 euros le m² 25 à 40 euros le m² (pose comprise)

 

Vous l’aurez compris, chaque technique a sa propre tarification.

Pour un ragréage classique autolissant, prévoyez donc un budget entre 2 et 4 euros le m² (hors pose), contre 15 à 25 euros le m² (pose comprise).

Pour un ragréage de nivellement, le coût des fournitures s’élèvera alors entre 6 et 8 euros par m² pour une épaisseur de 5 mm (hors frais de pose). Le prix de ce ragréage atteint, quant à lui, entre 15 et 30 euros le m² (pose comprise).

Pour un ragréage fibré, prévoir de 8 à 14 euros de fourniture seule par m2, et de 25 à 40 euros le m2 (tout compris).

Vous devrez également inclure à votre budget le coût du primaire d’accroche très souvent requis pour les trois types de ragréages. Son prix s’élève de 1 à 3 euros du m².

 

Prix de pose d’un ragréage au m2 par un pro

 

S’il s’avère possible de réaliser un ragréage par soi-même, le ragréage reste une tâche délicate. En effet, la couche de produit déposé étant très fine, les conséquences dune mauvaise application ou d’une mauvaise préparation du sol sont parfois lourdes, allant jusqu’à la nécessité de refaire ce qui a déjà été fait.

Il est donc vivement conseillé de confier votre pose d’un ragréage à des professionnels spécialisés dans ces petits travaux de maçonnerie extérieurs ou intérieurs. Un maçon est formé pour ce type de réalisation et il saura aplanir votre sol pour en retirer le moindre défaut. Un artisan maçon dispose, en plus, d’une garantie décennale. Cela permet un recours en cas de malfaçon menant à des problèmes de résistance de votre sol, et ce dans les 10 ans qui suivent la fin de votre chantier.

Une prestation de pose d’un ragréage sera facturée entre 10 et 20 euros le m² par un professionnel. C’est-à-dire que pour le ragréage d’une pièce de 20 m², vous devrez compter entre 200 et 400 euros de main-d’œuvre.

À noter : le coût de pose s’avère dégressif en fonction du nombre de m² à traiter. Plus la surface à ragréer sera grande, plus le prix de pose diminuera. Par ailleurs, le coût de pose dépend du prix pratiqué par le professionnel. Prenez donc le temps de solliciter des devis de plusieurs artisans maçons pour obtenir le meilleur rapport qualité-prix.

 

 

Comment réaliser un ragréage de sol ?

 

prix ragreage m2

Parmi les étapes d’un ragréage de surface, le ponçage peut se révéler indispensable si le revêtement choisi rend visible les moindres défauts. C’est notamment le cas des enduits de sol, type enduit béton.

 

Vous souhaitez savoir comment se déroule un ragréage de sol ? On fait le point sur les outils, les fournitures pour ragréage comme les sacs d’enduit et les étapes d’un tel chantier.

 

Prix matériel et fournitures ragréage
Travaux de ragréage Prix moyen
Sac ragréage autolissant 25 kg 10 à 40 euros
Sac ragréage fibré 25 kg À partir de 30 euros
Mélangeur à mortier 5 à + 100 euros (manuel ou électrique)
Niveau à bulle 15 euros
Lisseuse 15 à 25 euros
Ponceuse à béton À partir de 230 euros

 

Prix d’un ragréage de sol au m2 : les outils

Un ragréage exige peu de matériel pour sa mise en œuvre. Voici les principaux éléments :

  • un mélangeur à mortier (ou malaxeur) pour mélanger le mortier et l’eau. Les prix varient entre 5 et plus de 100 euros, selon qu’ils soient manuels ou électriques.
  • une spatule, soit environ 10 euros ;
  • un niveau à bulle, comptez 15 euros ;
  • une lisseuse, entre 15 et 25 euros, pour ôter toutes les aspérités.

Éventuellement, une ponceuse à béton pour certaines finitions, à partir de 230 euros.

 

Prix d’un ragréage de sol au m2 : les fournitures

On trouve des sacs de ragréage à tous les prix, en fonction de la résistance, de la facilité de pose (auto lissage ou non) et de l’épaisseur maximale à poser.

Pour un sac de mortier pour ragréage autolissant de 25 kg, prévoir entre 10 et 40 euros selon les caractéristiques, le niveau dans la gamme et la marque du produit. Un sac de ragréage fibré de 25 kg revient au minimum à 30 euros.

À savoir : un sac de ragréage de 25 kg permet de couvrir une surface de 5 m² sur une épaisseur de 3 mm. Si vous envisagez de traiter une surface de 20 m² avec un ragréage de 5 mm d’épaisseur, prévoyez en moyenne 150 kg de mortier, soit 6 sacs de 25 kg. Quantité à adapter en fonction du rendement du type de mortier choisi.

 

Les étapes d’un ragréage de sol

Il est conseillé de faire appel à un professionnel pour réaliser le ragréage d’un sol. Si toutefois, vous avez une bonne connaissance des travaux de maçonnerie, vous pouvez vous lancer dans ce type de projet.

Quoi qu’il en soit, la réalisation d’un ragréage passe nécessairement par les étapes suivantes :

  • Préparer le sol : avant le ragréage, s’assurer que le support est propre, sain et sec. Sur un sol très accidenté, il est conseillé de réaliser une chape de mortier liquide ou traditionnel.
  • Tester l’humidité du sol : pour ce faire, apposer sur la surface à traiter un plastique souple et transparent afin de vérifier qu’aucune condensation ne se forme. Si le sol est humide, il faut le recouvrir au préalable d’un film polyéthylène. Puis, réaliser une chape flottante avant la pose de votre nouveau revêtement de sol.
  • Vérifier la porosité du sol : afin de tester la porosité du sol, verser quelques gouttes d’eau dessus. La porosité est dite normale si le liquide est absorbé en 1 à 10 min. Sur un sol très poreux (inférieur à 1 min), appliquez une couche primaire d’accrochage spécial.
  • Poser un primaire d’accrochage : l’application de ce primaire d’accrochage favorise l’adhérence des produits.
  • Mélanger le mortier de ragréage : préparer votre mortier en mélangeant eau et enduit de lissage selon les consignes du fabricant qu’il vous faudra suivre à la lettre.
  • Appliquer le mortier : verser le mortier en commençant par le coin opposé à la porte. Puis l’étaler avec une lisseuse. Surtout bien respecter le temps de séchage !
poser question travaux aux artisans

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.