Menu des pages de navigation

Maison en travaux : faire des travaux de rénovation dans votre maison

Taux d’humidité élevé dans une maison : causes et solutions

Taux d’humidité élevé dans une maison : causes et solutions

Touchant près de 20 % des logements en France, l’humidité s’avère un véritable fléau. En effet, celle-ci peut avoir d’importantes répercussions sur la structure du bâtiment concerné et la santé de ses occupants. Si vous constatez un taux d’humidité trop élevé dans votre maison, il convient donc de traiter le problème rapidement. Mais encore faut-il trouver les causes de cet excès d’humidité, ce qui n’est pas toujours si simple. Quelles sont les causes d’un logement humide ? Quelles sont les solutions simples ou plus exigeantes pour traiter un problème d’humidité ? Cet article vous en dit plus sur cette problématique.

Quels sont les risques d’un taux d’humidité trop élevé ?

 

Il convient tout d’abord de faire un point sur les conséquences d’un excès d’humidité dans votre maison. De dresser un tableau des risques encourus pour votre santé, mais aussi pour votre construction, et donc sur votre budget.

 

Taux d’humidité excessif : des risques sur la santé des occupants

Habiter dans un logement avec un air trop humide est nuisible pour la santé de tous. Il convient de savoir que plus l’humidité est importante dans une habitation, plus les problèmes de santé risquent d’être graves.

L’humidité implique, en effet, la prolifération de champignons, de moisissures, de salpêtre… Autant de bactéries, dénommées composés organiques volatils (COV) qui prolifèrent fortement et s’insinuent dans votre organisme.

Et les premiers concernés s’avèrent sans aucun doute les enfants. Avec un taux d’hygrométrie trop élevé, ils peuvent développer des maladies respiratoires, des allergies, des crises de toux, des maladies irréversibles et diverses autres infections.

Chez les adultes, il en est de même. Une habitation trop humide entraîne des rhinites, de l’asthme, des bronchites à répétition et des sinusites chroniques.

Quant aux personnes âgées, une humidité excessive occasionne, chez eux, des douleurs articulaires et favorise les rhumatismes.

Le constat s’avère donc sans appel : il s’avère primordial de contrôler le taux d’humidité d’un logement et de veiller à ce que les pièces d’un logement présente une hygrométrie régulée, gage d’un air sain, ni trop humide, ni trop sec.

 

Taux d’humidité excessif : des risques pour votre habitation

Par ailleurs, les problèmes d’humidité ont des conséquences sur la qualité de vie dans une habitation.

Ainsi, un taux d’humidité trop élevé dans une maison implique une consommation excessive de chauffage. En effet, l’air humide est difficile à chauffer. Il se révèle source d’inconfort. Quel que soit le mode de chauffage, il subsiste toujours l’impression d’un manque de quelques degrés pour obtenir une bonne température. Il en résulte donc un manque de confort et une consommation énergétique trop élevée.

Par ailleurs, l’humidité impacte également la solidité d’une habitation. Elle modifie sa structure notamment si des champignons se développent dans les constructions réalisées en bois. C’est le cas de la mérule qui attaque le bois et fait courir le risque de voir sa maison s’effriter, voire s’effondrer.

Et que dire des mauvaises odeurs causées par les moisissures et l’air humide ! Elles se révèlent très désagréables pour les personnes vivant dans ces logements.

Autre conséquence à ne pas négliger : en qualité de propriétaire, un appartement ou une maison touché par l’humidité perd de sa valeur. Il devient alors souvent impossible de revendre une habitation humide.

 

Quels sont les signes d’un taux d’humidité trop élevé ?

 

taux humidite eleve

Les signes d’un taux d’humidité trop élevé sont généralement d’ordre visuels : auréoles, formation de cloques au niveau des peintures, papier-peint qui se décolle, moisissures… N’attendez pas que la situation s’aggrave et dégrade votre santé et votre logement.

 

Reste à savoir comment diagnostiquer qu’une habitation est touchée par l’humidité.

Plusieurs critères informent un locataire ou un propriétaire d’un taux d’humidité trop élevé dans son logement.

Les premiers signaux d’alerte se révèlent le plus souvent d’ordre esthétique. Selon la zone touchée, la peinture s’écaille, la tapisserie se décolle ou le plafond se couvre d’auréoles. Des taches d’humidité peuvent aussi apparaître sur les murs, causées par des dégâts des eaux ou des infiltrations, ou encore, des moisissures sur les murs, et même dans les placards.

La formation de buée sur les fenêtres (ou condensation) est également une preuve d’humidité trop élevée. Mais l’humidité se remarque aussi sur des vêtements humides lorsqu’ils sortent des armoires.

Enfin, l’apparition de certaines odeurs confirme le problème. Elles sont multiples et peuvent ressembler à des odeurs de terre, de viande en décomposition, ou encore à des effluves d’alcool…

 

Hygrométrie de la maison : quel est le taux d’humidité idéal ?

 

Si l’on parle d’excès d’humidité, encore faut-il connaître le taux d’humidité idéal. Pour commencer, il convient de savoir que celui-ci varie selon les saisons. Quel est le bon taux d’humidité pour une maison ? Il n’y a donc pas de réponse unique, mais une fourchette comprise entre 40 et 60 % d’hygrométrie.

L’été, la température extérieure, l’humidité de l’air extérieur et la transpiration de chaque habitant modifient le taux d’humidité. À cette même période, ce taux peut atteindre 60 %.

L’hiver, le taux d’humidité peut s’élever jusqu’à 40 % en raison des moyens de chauffage utilisés. En effet, certains radiateurs, tels que les convecteurs électriques ou le chauffage au gaz, peuvent assécher l’air.

Il est important de veiller à ce que le taux d’hygrométrie reste stable entre ces taux moyens recommandés. En dessous de 40 %, l’air assèche les voies respiratoires, irrite les yeux, les parois nasales et la gorge. Alors qu’au-dessus de 65 %, le taux d’humidité provoque aussi des problèmes respiratoires, des douleurs articulaires, des bronchites, de l’arthrose et des rhinites.

Afin de vous assurer que votre logement dispose d’un taux d’humidité idéal ou de prendre des mesures si celui-ci se révèle anormal, le mieux est de réaliser des mesures à l’aide d’un hygromètre. Cet appareil permet de mesurer le taux d’hygrométrie dans un environnement.

Si nécessaire, il faudra parfois compléter votre diagnostic par l’emploi d’un humidimètre capable quant à lui de détecter la teneur en humidité d’un support.

La réalisation d’un diagnostic humidité par un professionnel vous permettra de vérifier précisément la situation de votre logement. Une telle intervention vous aidera également à cibler la cause exacte de votre problème et d’étudier les solutions les plus adaptées.

 

 

Les causes fréquentes d’un taux d’humidité trop élevé d’une maison

 

Votre logement est humide ? Il vous faut alors en chercher les raisons. Plusieurs facteurs, provenant de l’extérieur ou de l’intérieur d’un logement, suscitent un niveau d’humidité trop élevé. Une enquête s’impose pour détecter la source de ce désagrément. Voici un tour d’horizon des principales causes possibles.

 

Les causes d’humidité extérieure

La première raison à évoquer sont les infiltrations causées par des fissures dans les murs ou les infiltrations par la toiture. C’est le cas lorsque les tuiles posées sur la toiture se déplacent et laissent entrer l’eau. Ou lorsque certains joints d’étanchéité se sont dégradés. Malheureusement, sans une surveillance régulière, les dégâts ne se voient que lorsque le plâtre s’effrite ou que des taches apparaissent.

Autre source d’humidité extérieure, le phénomène de « capillarité ». Il se réalise avec le temps. Certains matériaux deviennent poreux, l’eau s’infiltre dans les sous-sols, puis vers les murs. Les remontées capillaires s’attaquent notamment aux murs des fondations en contact permanent avec l’eau, en l’absence de membrane étanche.

Enfin, une des dernières raisons d’une humidité venant de l’extérieur est la pression hydrostatique. Ce phénomène se produit lorsque l’eau de pluie s’accumule sur les façades sans avoir la possibilité de s’évacuer ou lorsque le logement se situe à proximité d’une nappe phréatique.

 

Les causes d’humidité intérieure

À l’intérieur, ce sont les fuites d’eau les principales raisons d’humidité intérieure. Elles sont causées par des canalisations ou des tuyaux percés.

S’ensuit le défaut de ventilation provoqué, par exemple, par des orifices de ventilation condamnés pour éviter de faire entrer le froid l’hiver.

À cela s’ajoute encore la formation de condensation de vapeur d’eau. En effet, pour empêcher que l’humidité ne se répande dans toutes les pièces, il est important que le taux d’humidité reste égal dans tout le logement. La condensation apparaît alors sous forme de gouttelettes d’eau sur les fenêtres et les murs.

À toutes ces raisons, il faut rajouter l’impact des activités du foyer comme la cuisine, les douches, les vêtements qui sèchent.

Enfin, il faut tenir compte de la respiration et de la transpiration. Ces activités contribuent à apporter une forte humidité à l’air. Une personne perd environ 0,7 litre par jour de vapeur d’eau et davantage par forte chaleur.

 

Comment faire baisser le taux d’humidité dans la maison ?

 

taux humidite eleve

De multiples options permettent d’apporter une solution à des problèmes d’humidité. Un diagnostic humidité se révèle cependant très pertinent à mettre en œuvre pour trouver les causes exactes de la situation et pour cibler les solutions réellement efficaces.

 

Dans certains cas, il existe des mesures simples à réaliser au quotidien pour éviter des travaux plus conséquents.

 

Les solutions simples pour diminuer un taux d’humidité trop élevé

Un des moyens les plus faciles consiste à aérer chaque pièce une dizaine de minutes chaque jour, hiver comme été. Cette ventilation naturelle évacue la vapeur d’eau et renouvelle l’air ambiant.

De même, il est important d’éviter de faire sécher du linge dans une pièce fermée.

Un autre point essentiel : la présence d’une VMC. Cette dernière a pour fonction d’évacuer l’air vicié et ainsi de renouveler l’air du logement. Cette installation, qu’elle soit simple flux ou double flux, doit être régulièrement entretenue et vérifiée. Il s’avère essentiel de désobstruer les aérations existantes, parfois d’augmenter leurs dimensions et leur nombre si nécessaire.

Il convient également de s’assurer que le débit est bien adapté à la taille du logement. Sachant qu’une VMC performante et bien calibrée permet de réaliser de bonnes économies d’énergie.

Enfin, si besoin, installer un déshumidificateur permet de réduire le taux d’humidité dans une pièce ou au sein d’une maison. Cet appareil, à fonctionnement électrique ou chimique, s’avère particulièrement efficace contre l’humidité due à la condensation.

 

Les travaux plus conséquents pour résoudre des problèmes d’humidité

Lorsque l’humidité se révèle une vraie menace ou a occasionné des dégâts trop importants, il faut se faire aider par un professionnel. Ce dernier saura étudier votre logement grâce à un diagnostic humidité. Il sera alors à même de vous apporter une réponse adaptée au cas de votre habitation. Un choix devra sans doute être fait parmi certains de ces travaux plus conséquents :

  • faire des travaux d’assainissement de toiture,
  • reprendre des fissures au niveau des murs,
  • mettre en place un système de drainage autour de la maison,
  • hydrofuger ou assécher les murs et façades par injection,
  • installer une pompe de relevage,
  • cuveler les sous-sols enterrés,
  • mettre en place une membrane étanche au niveau des fondations.

 

poser question travaux aux artisans

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.