Menu des pages de navigation

Maison en travaux : faire des travaux de rénovation dans votre maison

Isoler ses combles soi-même

Isoler ses combles soi-même

Vous avez besoin de poser une isolation ou de procéder à la rénovation de vos combles perdus ? Si vous êtes un peu bricoleur, il est possible d’isoler ses combles par soi-même, et de gagner par là en confort thermique tout en faisant baisser vos factures de consommation d’énergie. Avant de vous lancer, mieux vaut cependant connaître quelques règles pour faire rimer économies avec isolation de qualité. Pour y parvenir, découvrez comment choisir les bons matériaux et la technique la plus adaptée à votre problématique.

 

Isoler ses combles soi-même : quelle technique choisir ?

 

Le choix de la technique d’isolation dépend de plusieurs facteurs. Ainsi, selon le type de combles, perdus ou aménagés, leur accessibilité, et le choix de l’isolant, vous pourrez opter pour une de ces cinq techniques.

 

1/ Isolation par soufflage

C’est la solution à privilégier si vos combles sont difficiles d’accès. En effet, ce procédé d’isolation des combles perdus par soufflage de matériaux isolants en vrac s’avère très rapide à réaliser. Pour exemple, isoler des combles de 100 m2 requiert en moyenne de 3 h de travail.

 

2/ Isolation de combles par épandage

Cette technique consiste à répartir manuellement un isolant en vrac. Le tout doit être égalisé à l’aide d’un râteau. Cette isolation par épandage convient particulièrement aux petites surfaces suffisamment accessibles.

 

3/ Isolation de combles par panneaux

Les panneaux rigides (polystyrène, polyuréthane ou fibre de bois) se fixent au plancher, au plafond des combles perdus ou sur les rampants des combles aménagés. Cette technique procure davantage de confort l’été et obtient de bonnes performances acoustiques.

 

4/ Isolation de combles par rouleaux

On peut également fixer des isolants semi-rigides en rouleaux (laine végétale, laine minérale…). Il suffit ici de dérouler la laine sur le plancher des combles ou encore entre les solives. C’est une solution astucieuse et simple.

 

5/ Isolation de combles par sarking

Cette technique d’isolation s’avère la plus exigeante. Il s’agit de plaquer les différentes couches d’isolant directement entre la charpente et la couverture du toit. Cette technique est donc privilégiée lors de travaux de construction ou de rénovation. À réserver aux bricoleurs chevronnés.

 

Isoler ses combles soi-même : quel isolant choisir ?

 

Il est important de choisir le bon isolant, notamment afin d’atteindre vos objectifs. Vous pouvez, en effet, vouloir isoler vos combles pour diverses raisons. Vous pouvez ainsi chercher à résoudre les déperditions thermiques de votre toiture, sachant que celles-ci s’élèvent traditionnellement à près de 30 %. À moins que vous ne cherchiez à obtenir une meilleure isolation phonique. Quoi qu’il en soit, il convient de vous méfier des produits isolants premiers prix. Privilégiez plutôt la qualité des isolants labellisés CE ou ACERMI.

 

Bien choisir son type d’isolant

 

isoler combles soi meme

Quel isolant choisir ? Plusieurs critères doivent guider votre choix : le coût, mais aussi la performance des différents matériaux et leur impact sur votre santé et l’environnement.

 

Il existe un large choix de matériaux isolants. De ce fait, vous pouvez éprouver des difficultés à vous repérer sur le type d’isolant à sélectionner pour votre projet d’isolation de combles. Quels isolants de combles sont les plus performants ? Devez-vous privilégier un isolant synthétique ou naturel ? Le point sur les différentes catégories d’isolants.

 

Isolants naturels

Parmi les isolants naturels, figurent des matériaux d’origine animale ou végétale. Dans les isolants d’origine animale, vous aurez le choix entre la plume et les laines de mouton ou de brebis. Pour les isolants d’origine végétale, vous trouverez le coton, le chanvre, l’ouate de cellulose, le liège, la fibre de bois, et enfin le feutre de lin. Respectueux de l’environnement et économiques, ces matériaux respectent les normes européennes de conductibilité thermique. Autre avantage : ils réduisent l’humidité de la maison.

 

Isolants minéraux

Laine de verre, de roche ou encore verre cellulaire font partie des isolants d’origine minérale. Ils s’avèrent à la fois résistants au feu et très efficaces contre le froid. Faciles à installer, ils sont abordables avec une bonne durée de vie. Attention toutefois aux risques liés au dégagement de poussières nécessitant le port de protection adaptée, lors de l’installation.

 

Isolants synthétiques

Polystyrène, polyuréthane et mousse phénolique se classent parmi les isolants en matière synthétique. Ils permettent d’isoler différentes surfaces, comme les sols, les toitures ou les murs. Dotés d’une bonne résistance thermique, ils allient qualité et faible risque environnemental. Ils présentent, par ailleurs, une belle résistance à l’humidité.

Quel que soit votre choix, essayez de privilégier les isolants perméables à la vapeur.

 

Quelle épaisseur d’isolation pour combles perdus ou aménageables ?

 

Chaque type d’isolant a une conductivité thermique et une résistance propre. Il vous faut donc adapter l’épaisseur de votre isolant en fonction de la performance thermique recherchée. Vous devrez prévoir au minimum 20 cm d’épaisseur pour une isolation thermique efficace.

Vous prévoyez d’isoler des combles aménageables ? Il convient alors de procéder à l’isolation des rampants sous toiture. La résistance thermique minimale de l’isolant choisi pour cette zone doit s’élever à R=6m².K/W. Cependant, atteindre un R=7m².K/W s’avère conseillé. Pour y parvenir, prévoyez alors un isolant de 22 à 28 cm d’épaisseur environ.

Ce sont des planchers de combles perdus qui font l’objet de votre projet d’isolation de combles ? Dans ce cas, la résistance thermique minimale permettant de bénéficier d’une aide devra être de R=7m².K/W. Pour un confort optimal, obtenir un R=10m².K/W se révèle néanmoins recommandé. Cet objectif requiert alors un isolant de 30 à 40 cm d’épaisseur environ selon le matériau.

Pour obtenir des conseils et orienter votre choix, n’hésitez pas à demander des devis à des professionnels de l’isolation.

 

 

Quel matériel pour isoler ses combles ?

 

La fixation des panneaux ou des rouleaux nécessite du petit matériel : vis à rondelles, mousse expansive pour les zones difficiles et espaces résiduels, rubans adhésifs pour finaliser l’étanchéité, tasseaux de bois dans certains cas.

Pour la répartition homogène d’un isolant en vrac, vous devrez investir dans un râteau.

Le soufflage est, quant à lui, réalisé à l’aide d’une cardeuse ou souffleuse, qu’il est possible de louer. Comptez alors environ 200 euros la journée de location de machine à souffler un isolant.

 

Quel équipement pour poser son isolant de combles soi-même ?

 

Les matériaux d’isolation sont irritants. Il est donc nécessaire de bien protéger vos yeux, vos bronches et vos tympans. Pour éviter toute intrusion des microparticules dans votre organisme, équipez-vous de masques, gants, lunettes, charlottes et de combinaisons.

 

Isoler ses combles soi-même : comment poser son isolant ?

 

Pour réussir la pose de votre isolant, vous devez suivre les techniques de pose et prendre quelques précautions. Notamment vis-à-vis de la RT2012 devenue obligatoire dans le cadre d’une construction. La conformité à cette réglementation thermique dépend de la performance des isolants, mais aussi de la qualité de pose !

 

Bien s’organiser pour installer son isolant dans ses combles

Si vous pouvez tout à fait poser les isolants en vrac ou les isolants en rouleaux sur plancher seul, de la main-d’œuvre s’avère cependant bienvenue pour une pose au niveau des rampants sous toiture. A noter également que l’aide d’une seconde personne est parfois nécessaire pour monter vos rouleaux et panneaux dans les combles.

Il est donc essentiel de planifier votre pose afin de pouvoir faire appel au bon nombre de personne sur la bonne durée. A titre indicatif, la pose d’une isolation pour 100 m2 de combles requiert environ 2 jours (hors technique de soufflage).

 

Quelles précautions pour réussir à isoler efficacement ses combles ?

Au moment de l’isolation des combles aménageables, ou de l’isolation des combles perdus sous toiture, la vigilance s’impose sur les conduits d’aération et les câbles électriques qu’il faut matérialiser en prévision d’interventions futures.

Prévoir également pour éviter les surchauffes, une distance de sécurité autour d’un conduit de cheminée et la couverture des éclairages encastrés avec un dispositif adapté.

La pose d’une isolation présente de nombreux atouts, mais peut cependant impliquer quelques conséquences négatives comme la formation de condensation. Afin d’éviter de tels désagréments à l’intérieur de votre habitation, il est donc recommandé de procéder à la pose d’un pare-vapeur. Celle-ci se fait toujours du côté intérieur, ou côté chauffé, de vos murs ou d’une toiture. Vous devez donc installer le pare-vapeur entre l’isolant et le revêtement intérieur du mur ou du toit.

Lors de l’isolation de votre grenier, sous rampant de toiture, dans l’idéal, pensez aussi à l’installation, entre la couverture et la charpente, d’un écran sous-toiture. Ce procédé permet de renforcer l’étanchéité à l’air et à l’humidité. L’objectif étant la protection de la charpente et de l’isolant.

Cependant, en rénovation, il s’agit d’une pose complexe. En effet, elle nécessite une installation par l’extérieur, avec dépose totale de la couverture. Pour compenser l’absence d’un tel système, il est alors possible de créer une lame d’air entre l’isolant et la face intérieure des liteaux.

 

Quel coût pour isoler ses combles soi-même ?

 

isoler combles soi meme

Quel budget prévoir pour isoler ses combles par soi-même ? C’est essentiellement le coût de l’isolant qu’il faut prendre en compte par rapport à la surface totale. Vous économisez ainsi sur la main d’œuvre mais ne pourrez bénéficier d’aucune aide ou subvention.

 

Bien estimer son budget pour isoler ses combles soi-même fait partie des facteurs de réussite. En auto-construction, l’enveloppe dépend quasi exclusivement des matériaux.

Pour mener à bien votre projet :

  • sélectionnez des matériaux de qualité au meilleur prix : pour vous y aider vous pouvez faire confiance aux produits labellisés aux normes européennes
  • définissez bien la surface de pose. N’hésitez pas à découper votre surface en zones indépendantes, puis à les additionner.
  • ne négligez pas l’épaisseur, car elle aura un impact direct sur le confort thermique obtenu.

La fourchette de prix d’isolation des combles varie entre 15 et 50 euros par m2 selon les matériaux choisis.

Conseil : avant d’arrêter votre choix, ne vous contentez pas de comparer les prix. N’oubliez pas d’inclure la performance (taux et type de protection) ou encore l’impact environnemental des différents matériaux.

 

Peut-on bénéficier d’une aide pour isoler ses combles soi-même ?

 

Même si de nombreuses aides peuvent être apportées aux particuliers qui renforcent l’isolation de leur habitation, les coups de pouce à la transition énergétique nécessitent une facture délivrée par un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Si vous réalisez vous-même votre isolation de combles, vous ne pourrez donc pas en bénéficier.

 

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *