Menu des pages de navigation

Maison en travaux : faire des travaux de rénovation dans votre maison

Détecter une fuite d’eau dans un mur : comment faire ?

Détecter une fuite d’eau dans un mur : comment faire ?

Qu’il s’agisse d’une légère infiltration ou d’une fuite importante, nombreux sont les facteurs qui peuvent induire la présence d’eau dans nos murs. Il s’avère donc bien souvent compliqué de détecter une fuite dans un mur. En effet, l’eau peut ruisseler au cœur du mur, sans jamais atteindre les bords, la fuite passe alors inaperçue. Les revêtements apposés sur le mur peuvent masquer les fuites. De même, certains murs peuvent absorber beaucoup d’eau et masquer durablement le problème. Alors quels sont les signes de fuites révélateurs à ne surtout pas ignorer ? Comment détecter efficacement une fuite ou une infiltration d’eau dans un mur ? Vers quel professionnel se tourner en cas de problème ? Le point dans cet article.

Pourquoi détecter rapidement une fuite d’eau dans un mur ?

 

Les infiltrations d’eau génèrent de l’humidité, ce qui peut avoir de graves conséquences sur le bâti. L’eau va, en effet, fragiliser les matériaux de construction et la construction dans son ensemble.

Sous l’effet de l’eau, les bois pourrissent, les pierres et les plâtres se désagrègent. L’humidité se révèle corrosive pour les métaux. De plus, des moisissures ou du salpêtre risquent d’apparaître un peu partout.

Dans certaines circonstances particulières, l’humidité peut même favoriser le développement de la mérule. Il s’agit d’un champignon très intrusif qui s’avère destructeur pour la structure des maisons.

Or, tous ces éléments se révèlent à la fois nocifs pour le bâtiment et pour la santé de ses occupants.

 

Fuite d’eau dans un mur : quels symptômes ?

 

localisation source fuite eau

La présence d’humidité dans un mur n’est pas toujours visible immédiatement. Elle peut prendre plusieurs jours, voire plusieurs semaines, avant de pouvoir être constatée. Il existe plusieurs signes d’appel auxquels prêter attention plus ou moins faciles à interpréter.

 

Il y a de nombreux signes révélateurs d’une fuite dans un mur, plus ou moins faciles à détecter. On peut citer, par exemple, la découverte d’une flaque au pied d’un mur ou la présence d’une mauvaise odeur.

Le cas le plus courant reste le revêtement mural qui se décolle. Des auréoles d’humidité ou de moisissures sur le papier peint ou la peinture peuvent aussi être les signes d’un problème d’infiltration ou d’une humidité excessive.

Cependant, l’évaporation pouvant prendre du temps, ces manifestations peuvent apparaître après la résolution d’un dégât des eaux. Dans ce cas, les appareils de détection de fuite s’avéreront très utiles pour savoir si vous êtes bien face à une nouvelle infiltration ou devant le résultat d’un ancien problème déjà traité.

Enfin, une surconsommation ou un compteur d’eau qui tourne continuellement sans raisons sont également à prendre au sérieux.

 

Les causes des fuites d’eau derrière un mur

 

Les principales causes de fuite d’eau dans un mur sont la présence d’un tuyau ou d’une robinetterie vétuste, une rupture de canalisation, un problème de toiture.

Dans certaines pièces particulièrement humides (salle de bain, véranda…) et ou mal aérées, l’humidité contenue dans l’air peut aussi être la source du problème.

Vous n’êtes pas sûr de la cause de votre problème d’infiltration au niveau d’un mur de votre maison ? La première chose à faire lorsque vous soupçonnez une fuite d’eau est d’en détecter la cause avec exactitude.

En effet, une infiltration d’eau peut provenir aussi bien de l’intérieur de votre maison que de l’extérieur. L’eau peut ainsi venir d’une source d’humidité située sous le niveau du sol : tuyau d’arrosage cassé, canalisation extérieure rompue, problème de drainage des eaux pluviales ou de nivellement de pente.

Un problème de gouttières encombrées de végétation peut aussi être à l’origine du problème.

Pour éliminer ces causes extérieures, et s’assurer que le problème vient bien d’une fuite interne, voici quelques vérifications à effectuer :

  1. Fermez tous les robinets et arrêtez tous les équipements fonctionnant avec de l’eau.
  2. Notez le nombre qui s’affiche sur votre compteur d’eau.
  3. Quelques heures après, vérifiez votre compteur d’eau. Si le relevé de votre compteur d’eau n’est pas identique au premier, cela permet d’affirmer que votre problème d’humidité de mur provient bien d’une fuite localisée au niveau de la plomberie intérieure.

Remarque : pour que cette procédure soit totalement fiable, mieux vaut cependant s’assurer qu’il n’y ait pas d’autres problèmes de plomberie, tels que des fuites au niveau des robinets ou d’une chasse d’eau.

 

Comment identifier et détecter une fuite d’eau dans un mur ?

 

reparation fuite eau

Même repérable par diverses manifestations, une fuite d’eau s’avère parfois compliquée à solutionner. En cause : la difficulté à détecter l’origine de la fuite précisément, et parfois la difficulté d’accès à celle-ci.

 

Comment savoir d’où vient une infiltration d’eau ? Plusieurs outils permettent de répondre à cette question et de détecter l’origine d’une fuite d’eau à l’intérieur d’un mur.

 

Humidimètre

L’humidimètre est un appareil qui recherche la teneur en humidité des matériaux. Il facilite la localisation d’une fuite d’eau en plaçant l’appareil au mur. Le mieux consiste à prendre quatre ou cinq points de contrôle différents. Plus on s’approche d’une fuite cachée, plus le taux calculé est élevé.

 

Caméra thermique ou infrarouge

La caméra infrarouge facilite la recherche de fuite d’eau en révélant la présence d’humidité cachée dans les murs. Un système optique permet de mesurer l’énergie infrarouge et de calculer la température de surface. Il suffit alors de déplacer la caméra autour d’une zone suspecte. La détection d’une zone plus froide valide la présence d’une fuite à l’intérieur du mur.

 

Détecteur acoustique

Le détecteur électro-acoustique cherche les ultra-sons émis par un tuyau qui fuit. Grâce à cet appareil, détecter une fuite en zone humide devient possible. Plus le volume sonore est important, plus on s’approche de la source de la fuite. Une absence de bruit n’implique pas une absence de problème, mais dans ce cas, celui-ci ne provient pas de vos canalisations.

 

Gaz traceur

Le gaz traceur est particulièrement indiqué lorsque le recours aux autres méthodes ne s’avère pas concluant. L’intervention consiste alors à injecter un mélange d’azote et d’hydrogène dans les canalisations, puis de vérifier si le gaz s’échappe quelque part à l’aide d’un appareil de mesure correspondant.

 

Inspection vidéo

Cette méthode peut être utilisée lorsque la tuyauterie est accessible. Il s’agit de plonger une caméra endoscopique dans les tuyaux, pour en avoir un aperçu depuis l’intérieur et ainsi repérer une éventuelle fuite. L’inspection vidéo permet de détecter les défauts de canalisation, les raccords défectueux et autres problèmes de microfissures de tuyauterie. Le seul impératif est de pouvoir accéder au tuyau en question.

 

Comment détecter et réparer une fuite d’eau dans un mur ?

 

Cette opération est plus ou moins ardue en fonction de l’accessibilité de la canalisation. Ainsi, la méthode ne sera pas la même pour un mur porteur que pour une cloison sèche.

Voici les étapes à suivre pour colmater la fuite d’une canalisation encastrée :

  • Commencer par identifier avec exactitude la zone problématique à l’aide des traces d’humidité et du plan des canalisations.
  • Tracer sur le revêtement mural la zone de travaux la plus petite possible, cela limitera les travaux de rebouchage.
  • Protéger le sol et les meubles des projections à l’aide d’une bâche ou d’une couverture épaisse.
  • Ôter le revêtement mural couche par couche (papier ou peinture, carrelage, plâtre, enduit, etc.).
  • Creuser jusqu’à atteindre la conduite concernée.
  • Repérer la fuite.
  • Couper l’arrivée d’eau.
  • Dégager le tuyau de part et d’autre de la fuite, et sur une longueur d’au moins 5 cm.
  • Nettoyer le tuyau, puis le sécher.
  • Décapez-le à l’aide de toile émeri, d’une brosse métallique ou d’un décapant.
  • Chauffer le tuyau à l’aide d’un chalumeau et souder la fissure. On peut aussi appliquer du mastic ou une bande adhésive, ces solutions sont tout aussi efficaces, mais moins durables.
  • Tester l’étanchéité de votre réparation.
  • Préparer un nouveau mortier.
  • Appliquer le produit dans le trou à l’aide d’une spatule.
  • Le mortier doit sécher pendant 24 heures.
  • Poser un nouveau revêtement mural (retouches)

 

Pour une cloison sèche, l’accès à la canalisation, donc à la fuite s’avère plus simple. Une fois l’emplacement des dégâts clairement défini, il suffit alors de découper, à la scie, des sections dans la cloison sèche. Une fois l’accès dégagé, vous pouvez alors procéder à la réparation comme précédemment, puis reboucher la cloison lorsque la fuite est réparée.

Conseil : n’hésitez pas à solliciter un professionnel, comme un plombier, spécialisé dans la détection de fuites d’eau. Le coût d’une recherche de fuite d’eau se révèle assez onéreux, mais cela vous épargne des coûts de réparation plus importants si celle-ci devait s’aggraver ou perdurer. Si vous faites face à une inondation ou un dégât des eaux consécutif à une fuite, rapprochez-vous d’un artisan qui pourra prendre en charge la réparation complète de votre plomberie, et le dégât des eaux. Pensez à faire établir plusieurs devis par les artisans de votre région afin de bénéficier du meilleur tarif.

 

 

Assurance dégât des eaux : quelle prise en charge ?

 

La garantie dégâts des eaux couvre les dommages causés par l’eau ou tout autre liquide sur les biens assurés. Elle fait partie des contrats de type multirisque habitation, même si tous les risques dus à l’action de l’eau ne sont pas obligatoirement couverts.

En effet, la garantie peut varier d’un assureur à un autre, il est donc important de bien lire le contrat pour connaître les conditions selon lesquelles s’applique la prise en charge.

Parmi les dommages couverts, on peut trouver :

  • les infiltrations : au travers des toitures, des joints d’étanchéité, du carrelage et autour des installations sanitaires
  • les débordements (hors inondations) qui émanent d’un robinet mal fermé, du débordement de la baignoire
  • les fuites d’eau
  • les ruptures de canalisations
  • les engorgements par obstructions (conduits, gouttières…).

À noter : L’assureur prend en charge les conséquences du dégât des eaux constaté, mais pas la cause. La prise en charge et les réparations de l’origine du sinistre restent à la charge de la personne responsable de l’entretien de ces installations. Il est cependant nécessaire de connaître la cause du sinistre avant d’entrer en contact avec l’assureur.

poser question travaux aux artisans

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.